COMMUNIQUÉ – Malgré l’été 2018 anormalement sec, LA TECHNOLOGIE D’HORTAU A AIDÉ DE NOMBREUX PRODUCTEURS AGRICOLES À DEMEURER HAUTEMENT PERFORMANTS

Les récoltes achèvent dans les champs québécois. Les agriculteurs font leur bilan de cet été 2018 qui, selon Agriculture Canada et diverses associations de producteurs, a été anormalement sec. Nombreux sont les producteurs qui en ont souffert. Au niveau des fraises, par exemple, l’association déplore une baisse de 20% du rendement. Les réserves d’eau sont au plus bas et les fruits et légumes arrivent avec peine et en retard à maturité. La saison des récoltes s’achève et les évaluations de performance sont décevantes pour de nombreux producteurs à travers le Québec.

Pendant ce temps, les producteurs qui se sont équipés de la technologie d’HORTAU pour assurer que leurs plants seraient irrigués au bon moment et avec la bonne quantité d’eau font une évaluation enthousiaste de leur performance.

Au niveau du houblon, par exemple, les producteurs québécois considèrent que selon les variétés de plants leur rendement a été jusqu’à 6 fois celui de 2017. Le houblon est une plante qui a presque toujours l’air en santé ce qui rend l’organisation de l’irrigation difficile. Or, les tensiomètres d’HORTAU permettent de mesurer l’état réel de la plante et d’arroser de façon adéquate, en quantité et en durée.

Pour de nombreux maraîchers, Dame nature vit désormais des soubresauts qui peuvent nuire énormément à la production. Les équipements technologiques d’HORTAU réduisent les désordres physiologiques des plantes et permettent une nette augmentation des rendements des champs.

Pour les producteurs agricoles équipés de la technologie HORTAU, les avis sont unanimes. Malgré un été difficile pour les plants de toutes sortes, la gestion de l’eau a été facilitée tout en permettant une économie du diésel, notamment, nécessaire au fonctionnement des équipements d’irrigation. Même si les réserves d’eau sont au plus bas présentement, une meilleure gestion de l’eau a permis d’augmenter les rendements, de protéger les semences et les plants des gels printaniers et automnaux, et de réduire les coûts généraux.

La canneberge est aussi un bon exemple. Les plants sont frileux et l’eau les protège. Presque 100% des producteurs québécois équipent leurs champs avec la technologie HORTAU, ce qui facilite une bonne irrigation. Pour la récolte qui vient de commencer, les réserves d’eau étant basses, les champs ne peuvent être inondés tous en même temps. Mais le rendement 2018 est au rendez-vous et a même augmenté.

Et la situation se retrouve aussi dans la culture de la pomme de terre et des pommes notamment, des productions importantes au Québec.

La technologie HORTAU – un rappel

Rappelons qu’Hortau a mis au point une technologie qui mesure le « stress des plantes » et indique de façon très précise au producteur quand arroser et combien d‘eau fournir aux plantes. Des senseurs plantés dans la terre envoient les informations exactes sur la situation dans les champs et le producteur contrôle à distance l’irrigation nécessaire. HORTAUutilise une plateforme d’objets branchés (IoT) pour connecter les terres agricoles sur l’espace infonuagique ce qui permet de réduire la consommation d‘eau, d’énergie, de fertilisants et de pesticides.

Avant Hortau, malgré les sommes importantes investies dans des systèmes d’irrigation, les producteurs ne savaient toujours pas quand arroser ni combien d’eau utiliser. Ils y allaient « à l’œil » ou selon les almanachs (!) et arrosaient souvent beaucoup trop, lessivant leurs terres et perdant du même coup les engrais et pesticides déjà épandus. Des millions de $ perdus. Ils devaient aussi constamment surveiller leurs terres et diriger les « arroseurs ». Et malgré tous ces efforts, la performance n’était pas toujours au rendez-vous.

Ceux qui utilisent HORTAUsavent aujourd’hui qu’il est possible de faire beaucoup mieux (en savoir plus à Hortau témoignages).

Prime-Vert : de l’aide financière pour les producteurs (Programme Prime-Vert)

Le programme de financement est une collaboration fédérale/provinciale. Entre avril 2018 à mars 2023, il offre, entre autres, une subvention pour les technologies comme celle d’HORTAU permettant d’optimiser la gestion de l’irrigation. Les producteurs pourront recevoir une compensation de 70% à 90% pour un montant annuel de 8 000$, jusqu’à concurrence de 16 000$ pour la durée totale du programme.

À propos d’HORTAU

Hortau est chef de file nord-américain dans les systèmes de gestion de l’irrigation sans fil et web. À l’origine de ce projet en 2002 se trouvent deux entrepreneurs passionnés d’agriculture : le Dr Jean Caron, agronome titulaire d’un doctorat en physique du sol et Jocelyn Boudreau, ingénieur agricole détenteur d’une maîtrise en physique du sol.

Maintes fois primées, les solutions brevetées d’HORTAU en matière de gestion de l’irrigation aident les producteurs à déceler la présence de stress chez les végétaux, assurant ainsi une croissance optimale de la culture tout en réduisant la consommation d’eau, d’énergie et les répercussions sur l’environnement.

Hortau met présentement au point une nouvelle technologie, dite Multivariée, qui redéfinit les besoins, les méthodes de diagnostic et l’approche des interventions agronomiques selon une technologie entièrement informatisée avec des mesures en temps réel et en continu. Elle apportera également des réductions significatives des intrants, de la pollution et des GES en fonction des volumes de récoltes produites. Hortau a été le pionnier de l’Internet des Objets en agriculture en développant cette approche depuis 2008.

Hortau compte un siège social à Lévis au Québec ainsi qu’aux États-Unis, plus précisément à San Luis Obispo en Californie en plus de ses représentants et techniciens partout en Amérique du Nord.

Préparez chaudrons et belles assiettes… le homard de la Gaspésie est à nos portes. Voici des recettes de nos grands chefs publiées par Foodlavie. https://foodlavie.com/articles/des-recettes-originales-pour-profiter-de-la-saison-du-homard

COMMUNIQUÉ – Les voyageurs sont seulement 34% à faire confiance aux renseignements qui se trouvent sur les médias sociaux versus 65% pour les médias traditionnels

Je partage avec vous, ce matin, une excellente analyse de Jean-Michel Perron, stratège en tourisme et en communication, sur l’état du tourisme international. J’ai été particulièrement interpellée par la comparaison de l’impact des médias sociaux vs celui des médias traditionnels. On en revient toujours à la crédibilité des journalistes : ils ont un code d’éthique […]