COMMUNIQUÉ – LE HOMARD GASPÉSIEN : UNE NOUVELLE EXPÉRIENCE GASTRONOMIQUE

 Homard de la Gaspésie

Que diriez-vous de connaître le pêcheur qui a capturé le homard que vous vous apprêtez à déguster? Et de le cuisiner avec de nouvelles recettes à base de beurre à l’érable et au chipotlé? C’est la nouvelle expérience gastronomique, à la fois sérieuse et amusante, que vous proposent les membres du Regroupement des pêcheurs professionnels du Sud de la Gaspésie (RPPSG) qui se sont associés cette année à la Fédération des Producteurs de lait du Québec (www.beurre.com) et à Metro (www.metro.ca) pour vous faire vivre pleinement la nouvelle saison du homard gaspésien.

Le homard de la Gaspésie est déjà reconnu pour sa chaire blanche et son goût frais et délicat. « C’est le premier disponible au printemps et c’est le meilleur, souligne Oneil Cloutier, directeur général du Regroupement. » Les eaux du Nord du Golfe St-Laurent sont en effet froides et limpides, et le fond est rocailleux ce qui garantit un homard à carapace dure et une chaire de qualité supérieure. « Le homard, pêché avant la mue, est meilleur et les plus petits sont remis à l’eau pour assurer le renouvellement de la ressource », précise-t-il.

De plus, au cours des 3 dernières années, les membres du RPPSG ont complété une importante démarche pour concrétiser la traçabilité de leurs prises. « L’élastique bleu que nous apposons sur les pinces porte maintenant un médaillon sur lequel est inscrit un numéro désignant un pêcheur, explique Oneil Cloutier. Sur le site www.monhomard.ca, les Québécois entrent ce numéro et peuvent visionner une vidéo sur « leur » pêcheur. Et c’est dans ce sens que notre association avec Metro en est une tout à fait naturelle puisque la chaîne fait depuis des années la promotion des produits québécois et de la pêche durable. »

Au cours de ce processus, les traditions de pêche ont été modernisées pour amener les pêcheurs à une pratique «responsable». Ils ont reçu la formation adéquate et équipé leurs bateaux d’outils de communication intelligents dans lequel ils tiennent un journal de bord strict qui sert à transmettre en temps réel, à Pêches et Océans Canada, les données sur les captures journalières. Avec ces efforts additionnels, la ressource fait désormais l’objet d’une véritable démarche d’écocertification qui en assurera la pérennité.
« Nous complèterons bientôt notre démarche d’écocertification, conclut Oneil Cloutier, faisant du homard de la Gaspésie le premier homard issu d’une production et d’une pêche durables, assurant une traçabilité au bout des doigts et une qualité incomparable. La saison est lancée. Rendez-vous autour de votre table et à www.monhomard.ca.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Et si on travaillait ensemble …

L’année 2018 a été formidable en ce qui a trait aux campagnes de relations publiques que j’ai réalisées pour mes clients. Des résultats de visibilité exceptionnels! La notoriété de ces entreprises a par conséquent beaucoup augmenté avec des dizaines de reportages dans les médias traditionnels et WEB, et des dizaines de millions de contacts créés. […]

De bonnes résolutions pour 2019

Bonne année à tous! Je ne crois pas tellement aux résolutions de début d’année. On les oublie, on ne les tient pas! Mais cette année, j’ai trouvé ce texte dans le Huffington Post qui m’a semblé plus qu’intéressant.  Je vais m’en inspirer pour améliorer ma vie sous bien des aspects et je sens que ce […]